Brightride.net

One life, one ride. Make it bright!

Comment choisir son sac-à-dos de randonnée ?

 

Être en vie implique d’explorer au moins la Terre. N’importe les moyens, on est censé migrer, rien que parcourir les kilomètres… Je me considère en randonnée à chaque fois que je m’éloigne de ma ville de résidence. Mais pour se faire, différentes tailles de sac de randonnée ne disparaissent jamais des espaces de rangements de mon domicile, qu’ils soient petits ou grands.

Cette petite lecture vous sera inoubliable. On verra au premier abord les types de sacs-à-dos de randonnée et qu’est-ce qu’il faut mettre dans un sac.

Ensuite, en se basant sur les erreurs répétitives que j’ai commises dans mes précédentes expériences -enfin, mes erreurs récidives-, Bright Ride vous montrera les critères de base afin de choisir le sac-à-dos de randonnée qui vous conviendrez le mieux.

J’espère seulement que vous appreniez de vos erreurs bien vite que votre Bright Ride.

 

Les types de sacs

Le sac-à-dos est un élément essentiel à tout voyageur. Mais en le portant, vous allez être très indécis quant au choix du bon sac, car en effet, on y trouve de toutes les tailles : du plus petit au plus grand. Alors lequel choisir ?

Il y en a de tous les formats :

  • Le plus petit de 8L (L= litre) pour faire des courses ;
  • Le petit 15L pour des sorites à vélo ;
  • Le 25L pour les montagnes en été ;
  • Le 40L pour les randonnées en montagne quand il fait froid ;
  • Le 60L pour les randonnées en hiver avec camping ;
  • Le 88L pour les expéditions de plusieurs semaines ou mois ;
  • Le 120L pour l’homme le plus grand du monde. Enfin, le plus grand stupide au monde. Le 120L, je m’en sers seulement quand je voyage en 4×4 et parfois quand je reste au même hôtel pendant tout le séjour. 

Comment choisir son sac-à-dos de randonnée ?

  • La première chose à se demander avant d’acheter un sac c’est qu’est-ce qu’on va mettre dedans.
  • La deuxième c’est de vous demander sur la durée de votre séjour. Partez-vous une journée en montagne ou un mois en paquetage ?
  • La troisième c’est la qualité du sac, l’accessibilité de ses poches, de ses compartiments, puis la nature de ses sangles et de sa ceinture.

Qu’est-ce qu’il faut mettre dans un sac ?

Faites-vous donc une liste de ce que vous sentez en avoir besoin, puis étendez le tout sur un lit ou un tapis. Maintenant enlevez la moitié. Je suis sûr que vous avez fait l’erreur que tout le monde fait. L’erreur que je n’arrête pas de commettre même après toutes ces années de voyage. Vous partez avec beaucoup trop de matériel !

Le premier sac que j’ai acheté était pour aller faire un sommet d’environ 1000 altitudes au nord du Maroc. J’ai acheté un sac de 88 Litres. Je voulais absolument partir avec beaucoup d’eau et beaucoup de nourriture pour survivre quelques jours au cas où je resterais coincé au sommet. C’était juste fou ! Quelques années plus tard, je refais le même trajet avec un petit sac de 40 Litres.

Ne mettez dans votre sac que le strict strict nécessaire !

Il y a une très grande différence entre tester un sac vide sur place pendant 2 minutes dans un beau magasin climatisé diffusant l’odeur de la lavande et la bohème d’Aznavour et le porter à l’extérieur dans un terrain difficile pendant une journée sur plusieurs kilomètres.

Un sac vide porté dans des circonstances difficiles est encombrant. Qu’en est-il d’un sac plein ?

  • Résultat : Ne mettez que l’utile. Le linge, l’électronique, le kit médical…

Pour le linge, je dirais que 2 ou 3 t-shirts sont suffisants. Ne mettez pas plus que 3. J’avoue qu’un t-shirt c’est léger mais 10 c’est tellement lourd. Surtout, n’oubliez jamais que c’est en accumulant toutes ces petites choses qu’un sac finit par être trop lourd.

Si vous partez en randonnée pendant l’hiver, l’idée n’est pas d’amener le plus gros manteau, c’est plutôt la quantité de couches isolantes qui fait la différence non pas l’épaisseur.

Les sans-abris utilisent le journal pour se tenir au chaud. Ils en mettent juste plusieurs couches, voire plusieurs pages de journal.

Amenez-vous donc un seul manteau et c’est en dessous que vous pouvez mettre d’autres couches sous forme de vestons : un veston isolant la pluie, un autre isolant le vent…

 

L’accessibilité, les sangles et la ceinture du sac :

Un sac est normalement composé d’une grande zone où on peut ranger tous les grands trucs que l’on se sert uniquement lorsqu’on s’arrête quelque part. Puis de quelques zones accessibles rapidement comme des poches. C’est dans cette zone que l’on range des trucs comme le téléphone, la caméra, le portefeuille, la carte… Enfin, tous les trucs dont on se sert régulièrement.

Idéalement, il doit y avoir un grand compartiment en bas dans le fond pour ranger les trucs les plus lourds et les réserves d’eau.

N’oubliez pas que 70% à 80% du poids devrait être sur les hanches car si vous mettez les objets dans le haut du sac, ce sont les épaules qui porteront leur poids.

Accédez à l’intérieur du sac est souvent très long. Vous allez devoir détacher un clip, une poche en haut, un filet…

En outre, un sac bien fait peut contenir un zip ou deux pour un compartiment de rangement en haut et un autre en bas facile à ouvrir. Couchez le sac par terre pour accéder au contenu.

Par ailleurs, Tout bon sac doit avoir trois sangles :

  1. La première au torse appelée sangle de poitrine pour empêcher les bretelles de s’éloigner ;
  2. La deuxième ajuste la ceinture lombaire (ceinture de partage) ;
  3. Les plus gros sacs ont des sangles de stabilisation ou rappels de charge. Ils permettent un ajustement sur les bretelles pour gérer la distance du sac et le dos.
Straps of a hiking bag

Ces deux dernières sangles sont les plus importantes vous devez les ajuster plusieurs fois pour ajuster le poids de place. L’idée est que le bassin puisse supporter 70 à 80 % de tout le poids du sac. C’est pourquoi la ceinture des sacs est un des éléments les plus importants à regarder. Passez du temps à ajuster la ceinture du sac et la distance pour changer le mal de place. Un peu plus sur le dos, moins sur les hanches et vice versa. Faites-le souvent pour reposer vos grands muscles. La ceinture ne doit pas être petite, simple et mince. Elle doit en revanche, être large, bien coussinée et bien ajustable.

En revanche, les poches avec fermeture éclair sur la ceinture est un plus mais ils doivent être facile à ouvrir. Ils ne doivent pas être petits quand même. Un smartphone ou un porte-feuille doivent pouvoir rentrer dedans. Ce sont des poches très utiles car vos mains sont toujours juste à côté.

Enfin, regardez si le système de toile en contact avec le dos lui permet de respirer. De toute façon, quand le sac est raisonnablement rempli le système de respiration est quelque peu efficace.

 

Quelles erreurs à éviter ?

Dans cette partie, je vais vous tutoyer car je veux être, via mes conseils, le maximum proche de vous pour vous épargnez une souffrance vaine.

  • N’achète jamais un sac sans l’avoir essayé.
  • N’oublie pas qu’il n’y a pas de sac inconfortable pendant les premières minutes. Vice versa, il n’y a pas de sac hyper confortable. Tout sac devient désagréable à porter après un certain moment. Ce moment s’approchera vite plus le sac est lourd. Donc il faut bien filtrer ses bagages.
  • Ne mets dans ton sac que le strict minimum nécessaire. Le strict minimum nécessaire est la moitié de ce que tu penses être nécessaire.
  • Ne prends pas le sac le plus gros et tu te dis qu’au pire tu ne le rempliras pas. Pour qu’un sac soit confortable, il doit être relativement plein, car ils sont faits pour être remplis.
  • Ne cherche pas le plus beau sac. A mon avis, ils ne sont pratiquement quand même pas très beaux.
  • Achète un sac avec plus d’accessibilité. Autrement dit, il doit comporter des poches et être bien répartis. A mon avis, la plupart des sacs manquent de poches et de compartiments.
  • Si le sac est seulement pour courir. Veilles seulement à ce qu’il contienne des poches accessibles très rapidement à l’avant et qu’il colle bien au dos pendant que tu cours.
  • Si tu planifies faire un voyage et rester longtemps à l’extérieur, prévois pour le sac une couverture contre la pluie. Ça m’est arrivé aux Philippines, enfin c’était en Août 2019. J’étais si imbécile de prévoir le camping pendant la saison pluviale.
Boracay Island - August 2019
Boracay Island – Western Visayas – Philippines – August 2019
Boracay Island - August 2019
Boracay Island – Western Visayas – Philippines – August 2019

Conclusion

J’espère qu’après la lecture de cet article, Bright Ride vous a suffisamment aidé pour que vous puissiez trouver le bon sac. Un bon sac doit vous faire éviter le mal de dos. Il doit être confortable avec de bons ajustements. Il doit être facilement accessible, doté d’une large ceinture lombaire bien coussinée avec de larges poches. Il doit contenir tout ce dont vous en aurez besoin. Surtout ne partez pas avec trop de matériel…

 

 

 

Laisser un commentaire